Notre sortie à Marineland hors saison

Notre sortie à Marineland hors saison

Classé dans : Ailleurs en France | 7

Les beaux jours reviennent et si vous alliez faire un tour à Marineland?

J’ai la chance d’aller régulièrement dans la région de Nice pour les vacances mais je n’étais encore jamais allée à Marineland. Mes filles y étaient allées il y a quelques années au mois de Juillet et m’en avait dépeint une ambiance qui me motivait peu: foule abondante, soleil brûlant, longue attente,… Bref, rien que puisse attirer une parisienne à la recherche de vacances tranquilles!

Mais, j’ai décidé que nous tenterions notre chance pendant les vacances de Février. Et, bien m’en a pris! Mes espoirs n’ont pas été déçus: il n’y avait que peu de monde ce jour-là, ce qui nous permettait d’arriver au dernier moment aux attractions et donc de profiter pleinement de notre journée. Je recommande vivement de commencer la visite avec les spectacles qui ont une partie pédagogique (sur les otaries notamment) qui explique le dressage des animaux de façon détaillée et qui permet de mieux comprendre les spectacles de démonstration qu’on peut voir par la suite.

otarie tetant sa mere marineland

En saison, vous pouvez accéder également à d’autres parcs d’attractions voisins avec des billets groupés qui permettent de réaliser des économies. Cependant, prévoyez que lorsque c’est en saison, vous devez arriver (au moins) 20 mn avant les spectacles pour avoir une place.

Les amphithéâtres des dauphins et des orques sont énormes et disposés de telle façon qu’il n’y a pas de mauvaise place au niveau de la visibilité, par contre, il y a au premier rang des places « mouillées » et des places qui sont en permanence au soleil. En plein été, ce détail a son importance. Pensez à emporter des casquettes, de la crème solaire et éventuellement un Tshirt de rechange pour les plus jeunes qui n’aiment pas rester mouillés.

En février, rassurez-vous ils ne font pas sauter les animaux près du bord et donc personne n’est mouillé!

Pour les otaries (deux petits amphitéâtres), les places sont plus difficiles à trouver. Nous-mêmes, n’avons pas eu de place sur le petit amphithéâtre. Je n’ose imaginer la bousculade en été pour avoir une place. Je recommande bien sûr d’arriver à l’ouverture, nous avons vu un net accroissement de l’affluence à partir de 14h.

C’est une visite onéreuse mais qui vaut le déplacement. Les orques sont majestueux, les dauphins surprenants d’agilité et la complicité entre animaux et soigneurs est évidente. Des amis ont participé aux rencontres privées avec les dauphins et adultes comme enfants en ont été charmés. (Pour pouvez lire d’autres détails sur ma visite sur le blog des Mamans Winneuses, ainsi que d’autres avis de mamans sur ce parc.)

Tout ceci a évidemment un coût. Les structures sont imposantes- à l’échelle des animaux qu’elles abritent- et le personnel nombreux. En Février, nous avons lieu bénéficié d’un tarif préférentiel hors saison, ce qui vu le prix standard de l’accès au parc permettait une économie non négligeable (tarif standard= 39,90€ par adulte, 32,90€ par enfant). Cependant même en saison, vous pouvez obtenir un prix préférentiel en réservant à l’avance (voir les tarifs détaillés car cela change régulièrement; tarif early booking, tarif groupé avec d’autres parcs). Pensez aussi à vos nombreuses cartes de fidélité, Carrefour, Auchan ou autre, proposent des réductions pour Marineland, idem pour les Comités d’entreprise.

Profitez en pour commander en ligne, ce qui vous permettra d’éviter la queue à l’entrée. Le parking est également payant (7,50€ la journée) ; vous pouvez y aller en bus, mais prévoyez une bonne marche entre l’arrêt de bus et le parc.

[codepeople-post-map] Voir aussi:
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

7 Responses

  1. On doit en prendre plein les yeux! Ce doit être extra de voir ces animaux de si près!

  2. Sylvie Little

    Ce doit être vraiment super d’approcher ces animaux et de les voir en « vrai »! Tu as du passer une bien belle journée!

  3. Tu en visites de beaux endroits! Cela doit être très impressionnant. Mais personnellement je suis radicalement anti zoos, voir des animaux de cette taille confinés dans si peu d’espace me rend triste, la mer doit rester leur univers. Désolée pour une fois de ne pas adhérer, mais je comprends que pour les amateurs du genre cela doit être génial!

    • Je visite beaucoup de zoos, ce sont pour moi nos nouvelles arches de Noé. La plupart des zoos ont des fondations qui leur permettent de réintroduire les animaux dans leur habitat naturel. Je pense que si ces fondations n’étaient pas là, financées par les visiteurs, beaucoup d’animaux encore présents dans la nature auraient déjà disparu. Visiter un zoo est un moyen de faire découvrir l’intelligence de ces animaux, de montrer que ce ne sont pas objets, de sensibiliser les gens sur la nécessité de préserver toutes les espèces, de démontrer que les animaux doivent continuer à faire partie de notre environnement naturel, et de financer les recherches et réintroductions. Il suffit d’entendre le nombre de gens qui ne connaissent pas les noms des animaux (si,si, j’ai déjà entendu une maman confondre une girafe avec une gazelle, ou un rhinocéros avec un hippopotame) pour se convaincre que ce n’est pas vain. Et que dire dans ce cas des espèces peu connues? Mes enfants connaissent la différence entre un maki kata et un maki vari grâce aux zoos, un lori papou et une perruche omnicolore grâce aux livres, et je suis persuadée que la connaissance est la base de toute préservation. Et l’Homme est fait de telle façon, qu’il ne peut pas aimer et préserver ce qu’il ne connaît pas. La preuve: tout le monde est prêt à préserver le Panda mais quid de l’okapi relativement peu connu, des animaux bizarres ou moches?
      Effectivement, je suis d’accord: ils seraient mieux dans leur habitat naturel à condition que celui-ci soit préservé, ce qui n’est malheureusement pas le cas et ne l’a pas été depuis bien longtemps (guerres, famines, pollution, braconnage). Il suffit de voir la galerie des espèces disparues de la faute de l’homme à la Grande Galerie. Par exemple, les okapis sont toujours seuls dans les zoos et vivent normalement sur plusieurs kms. Cela m’avait paru triste, et j’en avais parlé à un soigneur. En fait, une réserve a été créée, et la survie de l’okapi (qui vit normalement au DRC en guerre depuis des années et où les gens ont autre chose à penser qu’à la survie des okapis) n’a été permise que par la réintroduction par les zoos.
      Nous sommes responsables de la disparition des animaux , et donc leur préservation et leur réintroduction nous incombent encore plus, à nous qui vivons dans des pays stables, en paix et riches (relativement).
      Comme je ne peux pas aller en Afrique sauver les gorilles, je finance le WWF et je visite des zoos, alliant l’utile à l’agréable.

  4. je crois que c’est le genre de sujet sur lequel il y forcément du pour et du contre mais il est très difficile de tomber d’accord. Certes les zoos permettent aux enfants de découvrir des espèces mais ils ne verront d’eux qu’une image erronée derrière des grilles ou des vitres et non pas dans leur milieu naturel. Combien d’animaux ainsi enfermés souvent à vie souffrent de graves dépressions. Ils ne sont pour la plupart jamais réintroduits dans leur environnent. N’est-il pas plus intéressant de regarder des documents animaliers pour y découvrir comment vivent réellement lions, singes et autres dauphins. Par contre je suis tout à fait pour les réserves naturelles où les animaux sont protégés, peuvent s’y reproduire et vivre bien plus normalement que dans quelques mètres carrés.
    Tout ceci nous a quand même donné l’occasion de discuter d’autre chose qu’ALM:)

  5. oui mais n’oublions pas qu’ils sont enfermés toute leur vie

Laissez un commentaire