C’est la saison des noix! #rdvnature

C’est la saison des noix! #rdvnature

Classé dans : Avec la nature | 14

Avec cet article sur les noix, j’inaugure les rendez-vous “La nature dans tous ses états” proposé par Ma P’tite tribu. Chaque premier dimanche du mois, vous trouverez donc un article sur la Nature, et les liens vers les articles des blogs participant à ce rendez-vous. J’espère que cette série d’articles vous plaira!

Mercredi, nous avons gaulé les noix dans le jardin. Eh oui, nous habitons en proche banlieue parisienne mais les anciens propriétaires avaient planté deux noyers! Nous avons donc profité du beau temps pour nous activer et ramasser les noix tombées. Puis, Mlle P. et moi, armées d’un long tuteur en bambou, avons tapé dans les branches pour faire tomber les autres. Les feuilles de noyer sont les dernières à apparaître et, donc, à tomber et elles sont ainsi encore toutes bien vertes.

branche noyer automne

Quel plaisir que de manger ces noix fraîches, et quel plus grand plaisir encore d’en offrir autour de soi, aux amis, à la maîtresse, et à la famille.(habitant à la campagne!)

Qu’est ce que la noix?

La noix pousse sur un noyer, de la famille des Juglandacées. Les noix marron clair telles que nous les connaissons sur les marchés sont en réalité le noyau sec du fruit du noyer. Elles grossissent protégées par leur enveloppe verte très dure, appelée le péricarpe en botanique et communément, le brou. Avec ce brou, on faisait du “brou de noix”, teinture que ma grand-mère utilisait pour teindre les meubles ou les escaliers en marron très foncé, repoussant les parasites par la même occasion.

Il faut donc mettre des gants pour ramasser les noix lorsqu’elles sont encore dans leur bogue, sous peine d’avoir les doigts et ongles teintés de marron pendant plusieurs jours. Quand les températures sont favorables, les brous éclatent en tombant, libérant la noix proprement dite. Dans notre région, les brous ont plutôt tendance à commencer à pourrir sur l’arbre, rendant la récolte et la conservation difficiles.

noix dans leur brou

Selon le Larousse Gastronomique, il existe 9 principales sortes de noix comestibles en France, dont les plus célèbres sont la Franquette et la Grandjean. La coque marron claire de la noix abrite deux cerneaux, n’étant pas sans rappeler des hémisphères cérébraux. (D’ailleurs, on attribuait à la noix toutes sortes de vertus ou maléfices liés à cette forme: guérison des maux de tête, poison de sorcière, etc)

Lorsque la noix est fraîche, la pellicule qui recouvre les cerneaux peut être enlevée facilement mais elle sèche rapidement et il devient quasi impossible de l’ôter. La conservation est parfois difficile, car les mites alimentaires adorent les noix. Et j’ai déjà dû jeter une récolte entière car elle était infestée de mites alimentaires! L’idéal serait de faire comme autrefois en Périgord, ouvrir les noix avec une tricotte et énoiser (c’est à dire, ouvrir les noix avec une sorte de petit maillet et une pierre plate, et enlever les cerneaux avec un petit couteau) le soir au coin du feu… le problème est que je n’ai pas de cheminée!

noix decortiquees lesideesdusamedi.fr

Les noix dans la cuisine

Nous étions dans le Périgord cet été et nous avons visité l’Ecomusée de la noix à Castelnaud. J’ai ainsi appris que jamais nous ne pourrons faire de l’huile avec nos noix. En effet, il faut une meule de plusieurs tonnes pour broyer les noix. La pulpe écrasée doit ensuite être chauffée pendant 45mn, sans quoi l’huile n’est quasiment pas parfumée.

huile de noix castelnaud

Nous restent alors la possibilité de faire des brownies… sauf que Mlle P. n’aime pas les mélanges de textures et qu’il lui est impossible de manger un brownie aux noix! Nous cuisinons donc la plupart du temps des brownies délicieux, mais sans noix!

En bref, nous mangeons surtout nos noix comme fruits secs – sans en abuser, sinon gare aux aphtes (et aux calories dues à sa forte teneur en lipides 52%!). Si vous êtes intéressés par des recettes à base de noix, je vous conseille de feuilleter ce livre de recettes dédiées à la noix.

Une utilisation écologique des noix et feuilles de noyer

Je laisse en général les dernières noix aux pies et geais qui s’en délectent en hiver, et qui savent remarquablement bien les décortiquer grâce à leur bec puissant. Ces oiseaux se positionnent sur une branche de noyer la noix entre leurs griffes, et d’un ou deux coups de bec sur la jointure de la coquille, ils ouvrent la noix. Nous les surprenons parfois également en train de déguster un petit rongeur, spectacle peu ragoûtant…

geai en hiver
Geai en hiver (source: Gellinger- pixabay)

Les feuilles du noyer ont une consistance particulière qui rend leur décomposition complète difficile. Nous ne pouvons donc pas les inclure dans notre petit compost. Par contre, on peut faire du purin de feuilles de noyer (1 kg pou 10 l d’eau) pour lutter de façon biologique contre les pucerons ou les mouches des choux ou des poireaux. C’est très efficace!

DIY avec des coquilles de noix

J’utilise les noix peintes avec de la peinture nacrée, dorée ou argentée pour décorer mes couronnes de l’Avent ou faire des boules de Noël naturelles.

Couronne avent naturelle

Lorsque les noix sont mangées, nous restent les coquilles avec lesquelles nous pouvons réaliser de bien jolies petites bêtes.

animaux coquilles de noix

 

Si vous voulez découvrir les autres articles des blogs participants au rendez-vous, voici leurs liens. n’hésitez pas à faire un tour vous découvrirez et apprendrez de multiples choses! Bonne lecture!

la nature dans tous ses etats

Voir aussi:
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

14 Responses

  1. J adore merci pour ces explications

  2. Très sympa cet article sur les noix. Très complet et tout à fait intéressant, bravo!
    En fruits secs, dans les salades, dans les gâteaux, en huile…J’aime!!!
    Très bonne idée cette catégorie *la nature dans tous ses états*.
    J’attend le prochain article avec grande impatience 😉
    A très bientôt,
    Lily

  3. Super intéressant ! Je me souviens que l’on faisait des petites barques avec les coques de noix quand j’étais petite 🙂
    En tout cas c’est un met que j’adore !

  4. Ah les noix, que de souvenirs d’enfance pour moi 😉

  5. bonjour, je viens de découvrir votre blog en me promenant chez Lilyperle ! merci à elle,

    j’ai beaucoup apprécié cette lecture, la documentation, la qualité des photos… vraiment bravo et c’est avec un grand plaisir que je m’abonne à votre newsletter.

    J’habite un tout petit village des Alpes de Haute Provence et il n’est pas rare qu’au gré de mes balades je tombe sur un noyer sauvage.Les fruits sont petits et il faut s’armer de patience pour les déguster… mais quel plaisir.

    à bientôt,

    belle soirée à vous

    Ama

    • Merci pour tous ces compliments qui me font rougir derrière mon écran! Malheureusement, je n’ai jamais eu le plaisir de goûter aux noix sauvages. Il est vrai que les fruits sauvages sont toujours plus petits, mais le fait d’en trouver est déjà, en soi, une belle récompense! A bientôt!

  6. oh là là l’huile de noix, j’en raffole !!!!!!! merci pour cet article si bien illustré !!!

    Vassilia

  7. coucou, idem j’adore l’huile de noix surtout pour mes vinaigrettes notamment avec une salade d’endives sinon c’est vraiment très sympa tes petites bêtes, je tâcherai de m’en souvenir merci 🙂

Laissez un commentaire