RDV Inspipics de juillet 2016: l’image et son reflet

RDV Inspipics de juillet 2016: l’image et son reflet

Classé dans : Et moi dans tout ça? | 4

Voici revenue ma participation au RDV Inspics de la Fée Biscotte, que j’avais abandonné faute de temps. La photo qu’elle nous a choisi ce mois ci est une photo de Ludovic Cano. Mon habitude pour ce rdv est d’écrire l’article d’une seule traite, avec juste une relecture pour chasser les fautes. Je me laisse véritablement portée par l’image sans réfléchir.

Je vois une belle vue sur la ville, qui paraît encore plus grande par le jeu des reflets dans le miroir. Cet homme contemple-t-il cette immensité, s’y sent-il perdu ou s’en fiche-t-il éperdument, centré sur ses soucis?

Est-ce une vision de touriste de penser qu’il a pu venir ici se ressourcer, contempler sa ville, ses clocher dorés? Un peu comme un touriste qui envie les parisiens de vivre dans une des plus belles villes du monde… alors que ceux-ci, emportés par la tourmente de leurs problèmes du quotidien, n’y voient qu’une gigantesque fourmilière polluée et embouteillée?

La vision d’une grande ville a un côté magique pour tous ceux qui n’y vivent pas: mais est ce une magie bénéfique ou maléfique?

A l’origine provinciale, j’ai emménagé en banlieue parisienne à mon entrée dans la vie active, il y a 23 ans maintenant (déjà!!??). Quand nous partons en vacances, annoncer qu’on habite en proche banlieue parisienne ne laisse personne indifférent. Soit on nous regarde d’un air de pitié et d’incompréhension, un peu comme si je disais que j’avais choisi d’habiter dans la zone de Tchernobyl, soit on nous regarde avec un air d’envie et des étoiles plein les yeux, un peu comme si je disais que j’allais dîner en haut de la Tour Eiffel tous les soirs.

La vérité est entre les deux bien sûr… il faut se forcer pour aller au delà des apparences et des lumières de la ville qui sont toujours un peu trompeuses, sans pour autant nier ce que la vision de cette ville peut avoir de magique.

En allant  me coucher, je ne manque jamais de regarder la Tour Eiffel et ses éclairages changeants (surtout ces derniers jours avec l’Euro!)… mais il m’arrive aussi en me levant de ne pas la voir du tout, car elle disparaît dans un épais nuage de pollution.

L’image d’une grande ville comme Paris, c’est à la fois la vision magique des lumières de Noël, les monuments majestueux, les rues chargées d’histoire, un passage couvert qu’on découvre par hasard, ou une cour intérieure verdoyante, aperçue par une porte cochère ou un magasin à l’ancienne…

Mais c’est aussi, son double maléfique à la vision brouillée, aux heures perdues dans les transports alors que techniquement on habite à 8 km du lieu dans lequel on travaille, les embouteillages, les retards du métro dus à des défaillances techniques, les grèves, les mauvaises odeurs, et la pollution.

C’est tout à la fois, et l’un ne va pas sans l’autre… comme une image et son reflet.

Ne manquez pas les participations des autres blogs:


Dualité chez Mamandine

Ptit loup and co

La rose family

Invisible de Les tribulations d’une parisienne trentenaire

Si loin et pourtant si proches, Empreinte de fourmi

Asymétrie de MoussCompagnie

Le reflet de soi-même de la Fée Biscotte

Les vernis de Sonia

La confiance en soi par Simple comme chou

Et vous, que vous inspire cette photo?

 

Voir aussi:
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

4 Responses

  1. Sympa ton approche ! Merci pour le lien =)

  2. C’est fou comme cette image ta inspiré sur un sujet que je n’aurais pas pensé. Ce rendez vous m’impressionne toujours autant.

Laissez un commentaire